Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

autocritique

Publié le par Kawan Nawak peintre

 

Voilà quelques temps que je n'ai pas écrit sur ce blog, il m'apparaît difficile en ce moment de maintenir cet exercice et pour plagier un comique célèbre « Quand on n'a rien à dire il vaut mieux fermer sa gueule »

 

Au risque de perdre tous ses fans...

 

J'hésite donc aujourd'hui dans une actualité personnelle fort riche à vous parler de ma mission secrète au Mali pour redorer l'image de la FRANCE, de mes diverses interventions à Davos pour stimuler un peu mes amis banquiers, moroses au vu du contexte international. Ou encore de mes consultations auprès du parti socialiste pour savoir s'il reste encore quelqu'un chez eux à gauche.

 

Ayant écouté avec attention l'intervention d'un auditeur de France Inter (seule entreprise française où les salariés ont le courage de faire grève quatre jours pour la mise en cause d'autant de postes) à propos du sujet de conversation le plus usité des français en ce moment (et en tout moment) à savoir la météo, j'en resterai au sujet du jour : la neige et les inondations.

IMGP3492.JPG

 

 

Voilà au demeurant une phrase qui vous tiens en haleine pour une chute un peu plate et décevante, mais j'ai bien l'impression que cette déception n'est qu'une étape dans la longue dégringolade de mon taux d'audience. Car malgré une campagne publicitaire tout azimut à la rentrée et tous mes efforts pour remonter mon aura médiatique, il faut bien le dire : je ne fais pas le buzz.

 

Pour moi qui ai toujours été habitué à soulever l'enthousiasme des foules et qui ai dû renoncer à une célébrité méritée pour préserver ma vie privée, le coup est dur. Il va sans doute falloir que je fasse mon autocritique et pourtant cela n'est plus à la mode (même chez le parti communiste qui a (je l'ai appris avec regret ce matin) perdu le marteau et la faucille (ce que des militants pleurent amèrement)) est un exercice je le crois obligatoire dans mon cas.

 

Et bien je l'avoue, je ne suis pas tel que je prétends l'être (Je suis surtout néant). Je n'entrerai pas dans les détails sordides de mes pulsions cachées et de mes envies honteuses, je ne m'étendrai pas sur mes lâchetés et mes renoncements. Je ne dirai rien de mon avanie et de ma cruauté.

Je rampe tel un vers de terre et me renverse tel un verre de bière dans la fange la plus abjecte.

 

Écoutez tous : je suis un mauvais français !

 

Ouf c'est dit ! Ce fut dur, mais il est tellement bon de soulager sa conscience, de se refaire une virginité.

 

 

Faute de faire le buzz, je vous invite à faire bzzz, bzzzz avec les Cramps

 

Commenter cet article